Joker : le succès de notre super-vilain préféré ?

24 octobre 2019
/
admin
Catégories :
  • Ciné,
  • Sortie ciné,
joker

Joker de Todd Phillips. Avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre ? Avec plus de 740 millions de dollars au box-office mondial, ce film au « petit » budget de 55 millions de dollars a été plus que rentabilisé. Vous en avez entendu parler ?

 

 

Le retour du vilain le plus populaire ?

 

Evidemment que vous en avez entendu parler. Il est partout, sur internet, dans les magazines, sur les bus, dans le métro, à la TV, partout !

Véritable raz de marée, ce film issu d’un univers de super-héros n’en est absolument pas un. D’ailleurs, il paraît utile de préciser que ce Joker n’est pas à la portée des enfants habitués aux films Marvel tout public. Celui-ci n’est PAS tout public.

On y suit Arthur Fleck en clown de profession un peu en marge, psychologiquement parlant. Pas encore vilain mais particulièrement vulnérable à la violence de Gotham qui est représentée comme étant une société en perdition, âpre, sombre, pessimiste, où les habitants sont laissés pour compte et en confrontation directe avec les classes aisées.

Élevant sa mère malade, Arthur Fleck est ici mentalement instable et va être confronté à plusieurs éléments perturbant le menant progressivement vers la folie. Finalement, Joker c’est l’histoire d’un personnage vulnérable qui va faire les mauvais choix pour se défendre et trouver sa place dans une société sans état d’âme. C’est un film de malade mental, dans tous les sens du terme !

 

 

Un succès public et critique unanime

 

Difficile de bouder son plaisir face à une telle proposition. Il est rare qu’un film de ce genre fasse l’effet d’un tel engouement. Car Joker n’est pas si accessible : lent, quasiment pas de scènes d’action, personnage central névrosé et dimension psychotique évidente.

Mais tout cela fonctionne en grande partie grâce à un acteur investi corps et âme dans le rôle du Joker en devenir. Gestuel, rire, silence, regard… Tout fonctionne à la perfection. Joaquin Phoenix nous livre un jeu d’acteur lui ouvrant grand les portes des Oscars. Il porte le film, il est le film et propose un personnage très travaillé prenant le temps de la mise en place des pants d’une personnalité pour le moins dérangée. D’être vulnérable au Joker éclatant, le film se présente comme une excellente proposition de qui est véritablement le Joker.

Le réalisateur Todd Phillips a bien su saisir la personnalité du vilain et laisser libre cours à un acteur taillé pour l’incarner, le tout accompagné d’une bande son qui tape juste.

 

Pensé comme un seul et unique film, il est tentant de se dire qu’une suite serait finalement une très bonne idée vu le travail accompli ici et connaissant le devenir du personnage dans l’univers DC Comics. L’acteur a déjà partagé son enthousiasme quant à renfiler le costume du vilain mais le réalisateur ne partage pas cette vision. Ce standalone semble compliqué à intégrer dans un univers étendu peu raccord avec le ton donné dans cette proposition du Joker. Une confrontation avec Batman est en l’état difficilement envisageable.

Mais cela pourrait donner un résultat surprenant et c’est peut-être ce que l’on espère finalement. Être surpris par une adaptation de comics plus noire et suintante que les éclatants films du Marvel Cinematic Universe. Un reboot de la franchise Batman est sur les rails alors qui peut savoir si il se fera dans le même esprit ou laissera cette proposition du Joker hors des sentiers battus. Vu le succès retentissant au box-office, certains vont très certainement se poser quelques questions sur le devenir du Joker.

facebooktwittergoogle_pluspinterest