Histoire du manga : de sa naissance à aujourd’hui !

10 octobre 2016
/
admin
Catégories :
  • Manga,
Manga petit fille

Inconnu en Europe et dans le reste du monde entier il y a une cinquantaine d’années, le mot « manga » fait aujourd’hui partie de toutes les langues. Venues tout droit du « pays du soleil levant », ces bandes dessinées, souvent en noir et blanc, figurent actuellement parmi les plus efficaces ambassadeurs de la culture nippone en France et même partout dans le monde.

Les origines du manga

Ses significations

Au Japon, le mot manga désigne une bande dessinée en général. Mais dans le reste du monde, ce mot indique plutôt une bande dessinée japonaise. Littéralement, ce mot peut être traduit comme une « image dérisoire » ou une « esquisse rapide ».

Le mot manga est en fait composé de deux kanji, à savoir « man » qui signifie légèreté, distraction et pureté et « ga » qui désigne un dessin, une peinture ou une illustration.

Ses premières apparitions

Les premières bandes dessinées étaient apparues au Japon au XIIe siècle. En ces temps, des scènes pittoresques et des longs récits étaient peints sur des rouleaux en papier appelés emakimono. L’ouvrage intitulé « Manga hyakujo » de Minwa Aikawa est, par la suite, apparu au XIXe siècle.

Par ailleurs, l’Occident a connu le mot « manga » seulement en 1814 grâce à l’ouvrage intitulé « Hokusai manga » du peintre dessinateur japonais Katsushika Hokusai. A cette époque, ce peintre dessinait des caricatures de personnages populaires. Par ailleurs, le mot « manga » n’a commencé à prendre un sens précis de « bande dessinée » qu’au XXe siècle.

Le terme est ensuite devenu populaire en 1945, grâce au mangaka japonais Osamu Tezuka. Le Japon a connu une explosion des mangas peu de temps après la seconde guerre mondiale suite aux ruines de la population et la recherche de distraction bon marché.

Dates importantes dans l’histoire du manga

Quelques dates ont marqué l’histoire du manga d’avant-guerre et d’après-guerre:

  • 1902 : Yasuji Kitazawa emploiera de nouveau le terme pour désigner ses dessins caricaturaux
  • 1908 : Yasuji Kitazawa publie un magazine en couleurs exclusivement réservé aux enfants
  • 1909 : fondation de la société d’édition Kodansha par Seiji Noma
  • 1914 : Kodansha publie le premier magazine de mangas pour garçons, le mensuel Shônen Club
  • 1923 : publication d’un recueil pour filles, le Shôjo Club
  • 1947 : Le manga muet Shin takarajima, appelé aussi La Nouvelle Île au trésor, est considéré comme le premier manga dit moderne.
  • 1963 : Tetsuwan Atomu, appelé aussi Astro le petit robot, est la première série d’animation télévisée.
  • 1953 : Ribon no kishi, ou Princesse Saphir, peut être considéré comme le premier manga shôjo

Le manga s’exporte

Les mangas étaient très peu présents en France et en Europe avant l’année 1978. Ce n’est qu’en 1990, que la maison d’édition française Glénat décide de traduire et de publier Akira de Katsuhiro Otomo en fascicules. D’autres mangas, tels que Dragon Ball et Ranma ½, sont ensuite publiés par la même maison d’édition. D’autres éditeurs traditionnels, tels que Casterman et Dargaud, se sont, par la suite, intéressés aux mangas. A partir de 1994, des éditeurs spécialisés, tels que Samouraï Éditions, ont vu le jour.

Le manga, ses inspirations et ses influences

Les emakimono racontaient déjà à l’époque des guerres, des contes et des aventures. Les mangaka célèbres tels que Osamu Tezuka se sont inspirés des productions hollywoodiennes et des techniques de dessins des comics américains des années 50. Les « gros yeux » étaient ensuite intégrés dans les mangas suite à la fascination du mangaka Osamu Tezuka pour les grands yeux de la Blanche Neige de Walt Disney. Les mangas d’aujourd’hui se sont toujours inspirés de la tradition graphique japonaise. Toutefois, ils ont aussi hérité des influences occidentales survenues au milieu du XIXe siècle.

Le manga et ses différents genres

Ses spécificités

Un mangaka japonais place ses personnages au centre de l’intrigue, rend plus facile l’identification avec le lecteur et valorise l’aspect humain. Le succès des mangas repose sur le fait qu’ils peuvent toucher un large public en traitant de nombreux sujets. Un manga peut être sportif tel que Eye Shield 21. Il peut également être romantique tel que Sailor Moon. Si certains mangas, tels que Kenshin le vagabond, racontent le Japon ancien, d’autres sont humoristiques tels que Docteur Slump.

Ses variétés

Une grande partie des mangas est destinée aux garçons situés entre 10 à 15 ans comme Dragon Ball Z de Akira Toriyama. Certains mangas, tels que Tôkyô mew mew, s’adressent aux jeunes collégiennes, lycéennes et même aux écolières. D’autres mangas, tels que Pokémon, ciblent un public plus jeune. Intrigues sentimentales, récits d’aventure, chroniques de la vie quotidienne, thrillers, science-fiction et combat sont autant de sujets traités par les mangakas pour permettre aux lecteurs de suivre un japonais tout au long de sa vie et de l’aider à surmonter toutes sortes d’épreuves.

Le manga en quelques chiffres

Si depuis quelques années au Japon, le marché du manga bat des records en matière de chiffres d’affaires, en France, le manga représente aujourd’hui plus de 40 % des ventes de Bandes-Dessinées. La plupart d’entre eux sont adaptés aux jeux vidéo. En effet, plus de 300 jeux en tous genres sont actuellement des dérivés de mangas à succès.

Plusieurs mangas tels que Dragon Ball, One Piece, Naruto et Astro Boy se sont vendus à plus de 100 millions d’exemplaires. Certains se sont, par contre, vendus à plus de 50 millions d’exemplaires comme L’Attaque des Titans, Ranma ½, Ippo ou encore Captain Tsubasa.

Les mangas et les mangakas qui ont marqué leur époque

Au fil des années, plusieurs mangas sont devenus des séries cultes, non seulement au Japon, mais aussi dans le reste du monde. Il s’agit, entre autres, de Dragon Ball, d’Akira, de One piece, de Kenshin le Vagabond, de Cat’s eye, de Gunnm ou encore de Bleach.

Par ailleurs, quelques auteurs ont marqué l’histoire du manga. Il s’agit notamment d’Akira Toriyama, d’Otomo Katsuhiro, d’Osamu Tezuka, surnommé « le dieu du manga », de Tatsumi Yoshihiro ou encore d’Urasawe Naoki.

facebooktwittergoogle_pluspinterest
Tags: